in ,

07 choses sur Maahlox le vibeur que vous ignorez totalement

Certains l’adorent et d’autres le critiquent, MAAHLOX est un jeune artiste Camerounais qui fait certainement couler beaucoup d’encre et de salive. Cette enfant de Yaoundé, Obili aux textes crus et engagés, est l’une des figures emblématiques de la scène urbaine au Cameroun. De son vrai nom Jean Jules KENFACK, MAAHLOX est né et a grandi à Yaoundé où il a fait ses études au Lycée de Mendong  où il remporte deux années consécutives le prix du meilleur poème de l’année. Il voit le jour le 16 janvier 1990.

Maahlox-le-vibeur-7-choses-griotys-tv
Maahlox-le-vibeur-7-choses-griotys-tv

Deuxième d’une famille de 10(dix) enfants, kenfack jean jules, de son nom d’artiste Maahlox « le vibeur », voit le jour le 16 Janvier 1990 à Yaoundé. Le jeune jean jules découvre l’univers de la musique très tôt dès l’école primaire en jouant les DJ’S chaque week-end dans le bistro de ses parents qui était déjà un lieu de rencontre pour de nombreux artistes à cette époque, c’est à ce moment qu’il commence déjà à présenter un intérêt particulier pour le HIP HOP et les musiques urbaines. Dès l’adolescence  au lycée de Mendong il se démarque de ses camarades par son verbe et son style en gagnant le prix du meilleur poème de l’année, ce durant deux années consécutives.

Décrit comme “le rappeur le plus populaire et plus influent de sa génération”, “Véritable machine à tubes , l’artiste rencontre son premier grand succès avec le titre « La bière c’est combien ici ? », réussite confirmée avec la sortie de son premier album, « Ça sort comme ça sort  »

C’est en jouant les DJ chaque week-end dans le bistro de ses parents, lieu où se rencontrent de jeunes rappeurs de l’époque, qu’il développe un intérêt particulier pour le HIP HOP et les musiques urbaines. Sa vie de jeune homme ne sera pas facile et se verra marqué par bien des épreuves; (Entre la séparation de ses parents, la perte de sa petite sœur et les difficultés financières…). Il aura une carrière mouvementée.

Voici 7 Choses À Savoir Sur MAAHLOX

Numéro 1: IL FAIT 13 ANS DE SOUFFRANCES DANS L’OMBRE AVANT DE CONNAÎTRE LE SUCCÈS

 

Le jeune artiste Camerounais n’a pas eu la vie facile, passionné de musique pendant longtemps et souhaitant en faire son métier. Maahlox n’a pourtant pas vu le showbiz lui ouvrir ses bras de si tôt. Il fait 13 ans dans la douleur, la galère et la souffrance, mais la persévérance et le travail finissent toujours par payer. En 2013, c’est enfin son tour de briller, le succès lui tend finalement les bras à travers un Tube Inoubliable pour beaucoup « La Bière C’est Combien Ici ». C’est parti pour une véritable montée en flèche. Les jeunes l’adorent, les vieux beaucoup moins à cause de ses textes sans langues de bois et leur esprit un peu plus conservateur. Sa carrière ne sera pas du tout un long fleuve tranquille.

  • Numéro 2 : IL SERA DESCOLARISE FAUTE DE MOYENS

Élève au Lycée de Mendong, malheureusement à cause de beaucoup de difficultés familiale et financière, MAAHLOX ne pourra pas poursuivre ses études comme sa famille aurait sûrement souhaité.

  • Numéro 3 ‘’REFUS DE PARTICIPER À UN CANAL D’OR

En janvier 2017, Le rappeur a refusé de participer à une cérémonie de récompense,  la cérémonie des Canal d’Or organisée par la chaîne de télévision camerounaise Canal 2, qu’il a selon ses propres mots qualifiés de « Pacotille ». Il a demandé au comité d’organisation de le retirer de sa liste. Selon lui, Canal 2 a usé de toutes les voies pour ternir son image et détruire sa carrière musicale. Des années durant, il dit avoir été considéré comme « Porte-étendard et promoteur du désordre, de la pornographie, du banditisme et de la dépravation des mœurs ». Le titre « La bière C combien ici ? », lui aura valu de la chaîne des jugements peu amènes : « Une musique de bas échelle », une « musique de bar ». Bien plus, le rappeur dit avoir été traité de « fou » par ses détracteurs. En 2017, l’artiste MAAHLOX qui était au sommet de son art grâce à son hit ” ça sort comme ça sort » fut nommé à la onzième cérémonie des Canal D’Or.

Une prestigieuse cérémonie de récompense et donc une aubaine et un moment de reconnaissance nationale et peut-être même mondiale. Il était dans la catégorie chanson populaire de l’année, il réussissait ainsi à atteindre un palier. Mais à la surprise générale, il refuse sa nomination. Il publia sur les réseaux sociaux une lettre ouverte des plus cinglantes dans laquelle on pouvait lire « …oui enlevez mon nom de votre grande cérémonie de sorcellerie… ». Il en faut du cran pour pouvoir dire non à la cérémonie de récompense du talent artistique la plus populaire dans la sous région Afrique Centrale. MAAHLOX démontre là une fois de plus sa singularité et bien sûr cela enflamme la toile, MAAHLOX avait le vent en poupe.

 Numéro 4 ‘’IL EST BOYCOTT PAR LES MÉDIAS ET CENSURE

Plusieurs de ses morceaux et albums portent la mention Contenu explicite et “le langage vulgaire utilisé dans ses textes ainsi que les sujets très souvent liés au vice” sont considérés par la critique comme “choquants (…) grossiers”. Certains critiques le traitent de “dépravé” ou de “mauvais exemple pour la jeunesse.” Sa musique est aussi qualifiée d’obscène et immorale” par le blogueur camerounais Atome, avec lequel éclate une querelle sur les médias sociaux en 2016. En 2012, la sortie du titre “La bière c’est combien ici ?” lui vaut une mise à l’index et le boycott de plusieurs chaînes de radio et de télé. En 2016, le clip sulfureux illustrant la chanson Tu Montes Tu Descends (2016) crée la controverse. Le scandale accroît sa notoriété et permet au clip de dépasser le million de vues sur la plateforme YouTube.

Selon blk-sqr.com, Il accepte toutes les critiques et notamment d’être censuré, car il « sait que le chemin pour atteindre son idéal » à lui est de passer par toutes les étapes de boycott dont il fait l’objet.

Toujours selon blk-sqr.com, choquer pour créer le questionnement semble être  son mot d’ordre. Pour lui, il est important de présenter, de manière crue, la société dans laquelle on vit pour provoquer cette réflexion, pour dénoncer, pour créer la discussion ou éveiller les consciences même si, au final, il ne se considère pas comme un moralisateur. L’anticonformisme dans lequel il se positionne est utile à ses yeux pour faire bouger les lignes.

Son combat actuel est de faire en sorte que l’artiste local puisse être rémunéré à sa juste valeur et que l’industrie musicale et du divertissement puisse évoluer au Cameroun. Il vise principalement les multinationales installées qui devraient réinvestir dans l’industrie musicale locale qui contribue grandement à la promotion des produits que lesdites entreprises écoulent. Informations recueillis par le site blk-sqr.com.

 Numéro 5 ‘’L’ORIGINE DE SON NOM DE SCÈNE

MAAHLOX à une histoire familiale assez difficile et bouleversante. Il est le deuxième né d’une famille de dix enfants. L’un des événements les plus douloureux et traumatisants de sa vie est la source d’inspiration derrière son nom. A un jeune âge il perd un être très cher à son cœur avec qui il avait une grande complicité et cela l’affecte grandement au point ou pour ne jamais l’oublier il choisira ce nom de scène. Suite au décès de sa petite sœur LAETICIA malade d’un cancer, MAAHLOX adopte le nom d’un médicament qu’elle prenait pendant sa maladie.

 

Invité lors d’une émission « Tour avec Ta Star », MAAHLOX l’origine de son nom, et il explique que le médicament Maahlox soulageait grandement sa sœur cadette. Étant atteint d’un cancer, le médicament la soulageait énormément de ses brûlures d’estomac pendant la chimiothérapie. L’artiste avoue que sa petite sœur était son premier fan alors, après son décès il a tenu à lui rendre cet hommage et se battre pour honorer sa promesse, celle d’arriver au sommet de la musique urbaine.

 

  • Numéro 6 ‘’IL REMPLI LE PALAIS DES SPORT DE YAOUNDE

Malgré toute la controverse et les boycotts, MAAHLOX a frappé un grand coup. L’artiste le plus controversé de l’heure revient avec un nouvel album de 18 titres. Ses chansons explosent les records d’écoute en ligne et transcendent les frontières, même si l’artiste au parcours décalé et atypique excelle dans l’art de la controverse.

Ses morceaux aux propos crus peinent à trouver des diffuseurs dans les canaux traditionnels. Mais n’en déplaise à ses détracteurs, Maahlox le Vibeur n’a pas de quoi frémir. Premier artiste camerounais à remplir le palais des Sports de Yaoundé sans tapage médiatique et dans des conditions climatiques peu favorables.

Tout a commencé au lendemain du concert de Fally Ipupa dans ce même Palais des Sports le 12 mai 2018. Ce concert avait créé une énorme polémique sur la consommation des produits artistiques camerounais par les camerounais eux-mêmes, qui depuis des années, montrent un intérêt exagéré en ce qui concerne l’étranger.

C’est ainsi donc que Tenor et Maahlox décident d’organiser des concerts géants uniquement avec les artistes camerounais et rassembler un maximum de personnes pour remplir cette salle qui est la nôtre.

Le Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé (PAPOSY) a abrité le 26 juin 2018, un concert géant organisé par Maahlox Le Vibeur et sa Team. Il était question ici de relever les défis qui était de remplir cette salle par un concert cent pourcent camerounais, donc sans inviter un artiste étranger. Le pari a donc été gagné d’après les statistiques du rapport d’après évènement. ( Source : tendanceactu.net)

Maahlox s’est séparé du label Zone2Rap

Zone2Rap (parfois écrit Zone de Rap) est un label camerounais dont le nom signifie “Zone de Révolution Artistique positive. En juillet 2017, les membres du label décident d’expulser Maahlox, au moment-même où celui-ci “se tire” en Europe pour une tournée; à la suite de différends avec certains artistes et le dirigeant du label, Gil Arym, pour des questions professionnelles et idéologiques (…) L’artiste Maahlox Le Vibeur a fait l’objet à maintes reprises d’un recadrage de la part du Label à travers des échanges et des réunions de crise vis-à-vis de son éloignement de l’idéologie de base du Label. Si le rappeur semble “éjecté” du label au mois de juillet par ses anciens amis, celui-ci se défend et on assiste au cours de l’été 2017 à une véritable bataille sur les réseaux sociaux, mêlant insultes et questions juridiques. Finalement, les anciens membres du Label Zone 2 Rap partent de leur côté et créent le Label FastLife.

Numéro 7 ‘’IL EST PROPRIÉTAIRE D’UNE VILLA

La plateforme Bimstr nous fait des révélations sur quelques investissements de l’artiste MAAHLOX.

Après le lancement de sa marque “M.O.U.F” en 2018, on se demandait quel serait son prochain investissement.

Le 22 décembre 2019, il ouvre son propre Snack Bar ” LE Boivement “.

Lieu de rencontre de la jeunesse pour s’amuser et passer un bon moment, les artistes y font des prestations, des conférences de presse et des tournages de clip.

Maahlox est un artiste controversé qui propose des contenus explicites

Plusieurs de ses morceaux et albums portent la mention Contenu explicite et “le langage vulgaire utilisé dans ses textes ainsi que les sujets très souvent liés au vice”  sont considérés par la critique comme “choquants (…) grossiers”. Certains critiques le traitent de “dépravé”  ou de “mauvais exemple pour la jeunesse.”  Sa musique est aussi qualifiée d’Obscène et immorale par le blogueur camerounais Atome, avec lequel éclate une querelle sur les médias sociaux en 2016.

En 2012, la sortie du titre “La bière c’est combien ici ?” lui vaut une mise à l’index et le boycott de plusieurs chaînes de radio et de télé. En 2016, le clip sulfureux illustrant la chanson Tu Montes Tu Descends (2016) crée la controverse. Le scandale accroît sa notoriété et permet au clip de dépasser le million de vues sur la plateforme YouTube.

Maahlox aurait-il trempé dans des histoires mystiques ?

Ça fait mal de voir que certaines personnes n’ont pas encore compris comment fonctionne le Game surtout au Cameroun. Un artiste est un ensemble de plusieurs éléments qui sont susceptibles de plaire à ceux-là qu’on appelle ses fans. Lorsqu’on dit artiste, certains ne regardent que ses productions audiovisuelles donc sa musique. Pourtant c’est pas seulement le son qui fait l’artiste ou détermine son prix sur le marché.

L’idéologie que l’artiste incarne est très très importante et n’est pas négligeable car plusieurs personnes aiment se reconnaître à travers un artiste. C’est donc ça la principale raison qui amène plusieurs fans à suivre Maahlox. Son côté fou qui rend les gens fous. LOL. Tout ce que Levibeur a traversé pour se faire une place au sommet de la musique camerounaise, est aujourd’hui, cet élément qui lui donne l’image d’un courageux, de celui-là qui ne recule devant rien ni personne, celui que la plupart des jeunes aimeraient être. Ils aimeraient avoir le courage de dire non même si ça va faire mal. Ils aimeraient être craints par l’adversaire.

Il faut admettre que dans une société où l’on a mis la norme à l’écart et normalisé l’écart, rares sont ceux qui réussissent malgré le fait d’avoir refusé de « lécher les bottes » de certaines personnes se prenant pour des faiseurs de destin donc de stars. Comment est-ce que Maahlox a fait pour être le « maître de la rue?» La réponse est simple! Ce qui a toujours caractérisé la rue, c’est sa qualité incorruptible. C’est-à-dire quoi? Dans la rue on ne triche pas, on ne reçoit que le fruit de ses propres efforts car là-bas il n’y a pas de favoritisme ni de récompense par affinité. Notre Afrogangstatraper est donc de toutes ces qualités. Juste ce qui est nécessaire pour surmonter les obstacles que les tricheurs ne peuvent pas affronter.

Ceci nous amène à comprendre que, là où l’estime de soi, travail et confiance en soi peuvent amener un individu, aucune autre force ne pourra le faire. Si à ses débuts il n’était pas conscient de ce qu’il faisait, il n’allait pas s’en sortir jusqu’à ce point. Un artiste devrait être une source d’inspiration, une force de motivation qui amène la société à prendre conscience et à faire les choses comme il se doit. Le Vibeur a montré à la jeunesse camerounaise et d’ailleurs qu’elle peut dire non lorsqu’elle se sent abusée, lorsqu’elle se voit obligée par certaines personnes de faire des choses pas «catholique» afin de réussir. D’ailleurs même hein il faut rester scotché à ses convictions même si ça sort comme ça sort. On se dit aussi que les choses seraient vraiment bien si l’on avait plusieurs personnes qui avaient cette même vision du monde car pour dire vrai nor, «quand c’est ta part, tu n’as plus besoin de dire abeg ».

N’est-il pas bizarre de voir un artiste qui « ne chante rien » mais qui est toujours en tête d’affiches? C’est peut-être amusant mais c’est une question très sérieuse et pertinente sur laquelle il faut vraiment se pencher.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Elle décapite sa belle-sœur pour une histoire d'argent

Yaoundé: une femme décapite sa belle-sœur et met la dépouille dans une valise

Bagarre entre Eunice et Tenor, plus rien ne va

ENTRE TENOR ET EUNICE, PLUS RIEN NE VA ! VOICI LA BAGARRE DE TROP.