LA DROGUE EN MILIEU SCOLAIRE AU CAMEROUN.

illustration de la drogue en milieu scolaire

La drogue en milieu scolaire au Cameroun est un phénomène grandissant qui détruit notre société dans le silence. A qui la faute? Qui tenir pour responsable? Qui punir? Qui est la réelle victime? Et comment s’en sortir? Ce seront ces questions que nous essayerons d’évoquer dans la suite de notre article.

PROBLEMATIQUE DE LA DROGUE EN MILIEU SCOLAIRE AU CAMEROUN

 

UN BILAN INQUIETANT

 

Il est très alarmant de constater comment la consommation de drogue prend de l’ampleur dans notre pays le Cameroun.

En effet, un sondage récent fait par le Ministère de la Santé du Cameroun dévoile que plus de 12000 jeunes camerounais âgés de moins de 15 ans avouent avoir déjà consommé de la drogue, en particulier le Cannabis. La majeure partie de ces jeunes sont malheureusement des jeunes scolarisés. Ce chiffre aussi effrayant qu’il soit ne peut en effet qu’être une estimation prise sur une minorité ; ce qui confirme les statistiques du Comité national de lutte contre la drogue (CNLD) qui assurent que 21% de la population camerounaise en âge scolaire a déjà consommé de la drogue.

Ces chiffres sont juste une estimation, car en effet la réalité de la consommation de la drogue en milieu scolaire au Cameroun est bien pire.

A QUI LA FAUTE ?

 

La drogue en milieu scolaire au Cameroun est devenue un réel fléau. Malheureusement,  tout le monde rejette la responsabilité sur autrui. Les parents jugent les écoles pas assez rigoureuses, les enseignants supposent qu’ils n’ont pas assez de marge de manœuvre pour corriger les élèves fautifs. D’autres accusent l’irresponsabilité des parents, et parfois même c’est le gouvernement en place qui est mis en jugement.

Si personne ne désire prendre ses responsabilités, qui donc tenir pour fautif ? Les paragraphes suivants nous mèneront à un début de réponse.

DROGUE EN MILIEU SCOLAIRE : PARCOURS ET CONSEQUENCES

 

D’OU VIENT T-ELLE ?

Si la première question était de savoir d’où vient cette drogue? Ce stupéfiant qui détruit et ruine la jeunesse camerounaise. Nous n’avons pas souvenance de la dernière cargaison de drogue retrouver à une frontière par nos éléments de force de l’ordre, mais plutôt des multiples champs de cannabis

saisis dans le territoire national. Une fois que cette addiction est installée dans nos alentours, il est ironique de demander comment elle arrive dans nos salles de classe.

Voilà un premier problème posé. Si la drogue est déjà dans notre pays, cultivée par des hommes et femmes camerounaises, ceci remet évidemment en question la mentalité et la moralité de tout un chacun. Car en effet, les champs de cannabis se distinguent surement de toutes les autres cultures dont nous avons usage. Ceux qui le cultivent sont aussi bien des parents que ceux qui les constatent sans les dénoncer.

La jeunesse intellectuelle,  qu’elle soit primaire, secondaire ou estudiantine reste d’abord la jeunesse. Donc active dans la société; se frottant aux réalités de la vie qu’elle transpose partout où elle va, en l’occurrence à l’école. Nous concluons que le premier pan du problème de drogue en général et en milieu scolaire en particulier, est un problème de responsabilité sociale et de devoir moral.

LES PLUS JEUNES EXPOSES

 

La jeunesse est le reflet, tant de la négligence des autorités quant à la prise des mesures correctives face à ce fléau, qu’à l’abandon des parents et enseignants dans leur rôle de premier éducateur.

Malheureusement, la victime qu’est l’élève est aussi le premier coupable dans cette chaîne de trafic. Ah si jeunesse savait, comme si vieillesse pouvait encore…

Cette phrase nous attriste à cause de sa véracité. Les parents ont abandonné l’éducation de leurs enfants. En effet, la jeunesse camerounaise d’aujourd’hui, a une éducation dictée par les réseaux sociaux non contrôlés et par l’influence de la société qui malheureusement s’incline vers la perversion.

« Aujourd’hui, je peux toucher à la drogue mais en parlant du cannabis, avec un usage vraiment positif. Car Dieu a créé les plantes à l’usage des hommes. Pour le reste, c’est chimique, je ne peux pas… Mais je pense que chacun peut consommer du cannabis, pourvu que ce soit dans un usage positif. »

Voilà la déclaration mot pour mot, d’un jeune consommateur de drogue et influant dans son entourage. Cette idéologie des biens faits de la drogue est devenue une ‘pseudo réalité’. Dans le cadre scolaire au Cameroun, certains vont jusqu’à penser que la consommation de la drogue en milieu scolaire peut aider à avoir de meilleurs résultats à l’école.

QUELQUES CAS DE FIGURE

 

La présence des stupéfiants en milieu scolaire est irréfutable. Revenons en 2020, lorsqu’un élève sous l’influence de la drogue poignarde son enseignant ; ou en encore ce groupe de jeunes filles qui, après s’être droguées, se dénudent et se livrent à des actes sexuels horribles dans leur salle de classe. En début d’année 2021, un lycée de la place s’est fait remarquer à cause de la vidéo virale de ce jeune élève qui, armé d’une machette a fait irruption dans le cabinet du censeur pour lui voler de l’argent, après s’être copieusement ‘shooter’ au cannabis. Heureusement que ses camarades et la sécurité de l’école l’ont rapidement appréhendé.

démontrer l'influence des stupéfiants en milieu scolaire
Un élève qui tue son enseignant sous l’effet de la drogue

Il y a une pléthore de ce style d’exemples à citer. La consommation de la drogue en milieu scolaire au Cameroun est cruelle, car elle détruit la vie et l’avenir de la nation tout entière en s’attaquant à sa pépinière.

LA DROGUE EN MILIEU SCOLAIRE AU CAMEROUN : PROPOSITION DE QUELQUES SOLUTIONS

 

D’après l’analyse qui précède, il semble important de retrouver les valeurs morales basées sur la crainte de Dieu, qui prône l’obéissance des enfants envers leurs parents et l’amour des parents envers leurs enfants. Cet amour devra se manifester déjà par une exemplarité presque irréprochable des personnes en charge de la sécurité, de l’éducation et de la prise en charge de la jeunesse.

En réalité, l’enfant est une outre vierge qui se rempli de la réflexion de l’amour des parents qu’il a. Il ne peut donc servir que ce qu’il a reçu. D’où la responsabilité inéluctable des parents ou pseudo parents dans l’éducation de base de l’enfant. Le parent est en effet vous et moi, tant que nous avons la possibilité d’influer sur le comportement ou l’orientation d’une personne ou groupe de personnes plus jeunes.

En se basant sur la prise de responsabilité, nous avons séparé les rôles de chaque actif de la société.

LE ROLE DE L’ETAT

 

COMMUNICATION ET SENSIBILISATION

l'importance de la sensibilisation contre la consommation de la drogue en milieu scolaire
Madame la Ministre fait une sensibilisation contre les méfaits de la drogue en milieu scolaire

Plusieurs informations mensongères et trompeuses circulent sur les bienfaits de la drogue en milieu scolaire. Cette fausse publicité devient donc au fur et à mesure une vérité dans l’esprit de plusieurs jeunes naïfs. Nous pensons que l’Etat devrait multiplier des campagnes d’information et de sensibilisation des jeunes dans les écoles, depuis le primaire jusque dans nos universités.

Hors mis la sensibilisation en présentielle, il est important d’utiliser d’autres canaux telles que des campagnes de publicités dans nos télévisions, dans nos radios, et surtout de prôner l’utilisation du numérique par les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux sont en fait devenus la plateforme la plus vaste de communication et d’échange d’informations.

MESURES PREVENTIVES ET CORRECTIVES

 

Nous pensons que les écoles aussi ont leur rôle à jouer dans la lutte contre la consommation de la drogue en milieu scolaire. Pourquoi ne pas retourner à la fouille à l’entrée des établissements scolaire ? Nous suggérons même des fouilles inopinées dans les salles de classe. A ce titre, il est important que les malséants soient punis d’une punition exemplaire, non seulement au niveau scolaire, mais aussi au niveau pénale, suivant la rigueur de la justice Camerounaise.

En effet, il est triste de constater que dans la plus part des scandales liés à la consommation de la drogue en milieu scolaire, concerne les récidivistes. Des jeunes accros à la drogue et connus de tous, même des enseignants.

la vigilence des autorité scolaire pour parer l'entrée des stupéfiants en milieu scolaire
Fouille à l’entrée d’une école pour lutter contre la pénétration de la drogue en milieu scolaire

Salomon dans ses Proverbes nous dit, autant mieux les larmes de nos enfants aujourd’hui que les chagrins des parents demains.

A bon entendeur…

SUIVI ET INTEGRATION

 

Il y a des actions louables posées par des camerounais consciencieux et patriotiques comme celui du Dr Abel MESSINA qui a ouvert un centre de désintoxication au quartier MIMBOMAN à Yaoundé. En effet, il a fait le constat de la gravité de la consommation de la drogue en milieu scolaire au Cameroun. Il affirme je cite :

« Aujourd’hui on trouve les filles dans les lycées qui consomment la drogue en compagnie d’autres filles, des garçons et parfois dans les maisons meublées avec des personnes adultes »

« Nous ciblons les jeunes parce que la jeunesse est le socle du développement de notre pays de demain, nous déconseillons avec toute notre énergie la consommation de la drogue chez les jeunes« 

Cette déclaration va se passer de commentaires sinon, de l’interpellation du gouvernement pour soutenir ce genre d’initiatives et d’en créer d’autres.

Dr ABEL MESSINA
Le Docteur Abel Messina, dans un centre de désintoxication à MIMBOMAN

LE ROLE DE LA SOCIETE ET DE LA FAMILLE

 

Au risque de se répéter, la première école reste celle de la famille. Elle est la base du développement et de l’éducation de l’enfant. Nous parents, devons prendre nos responsabilités quant à l’éducation de nos enfants.

Dans une société où la poursuite de l’argent est devenue un leitmotiv, beaucoup de parents et la société avec elle ont abandonné la raison pour laquelle ils courent vers l’argent : la jeunesse. Elle est donc laissée à elle-même, cherchant des solutions à tâtons et malheureusement se retrouve sur un chemin de non-retour.

Le Dialogue, la Correction, la Dénonciation et l’Exemplarité ; voilà les rôles de la société et de la famille pour sortir de tout fléau, en particulier celui de la consommation de la drogue en milieu scolaire au Cameroun.

 

Griotys Pratique

Voir toutes les publications

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.